☝️

Choisir ses grandes thématiques

Que sont des thématiques ?

La première étape pour vous est désormais de définir vos grandes thématiques, c'est-à-dire, les grands sujets sur lesquels vous allez vous positionner.

Il faut différencier une thématique de ses sujets.

Une thématique : Marketing

Ses sujets : publicité - développement produit - stratégie de prix - ...

Une thématique : Cuisine

Ses sujets : les aliments - les recettes - les ustensiles de cuisine - les cuisiniers - ...

image

L'exemple de Maud Alavès :

Personnellement, j'ai 4 thématiques sur lesquelles je prend la parole : 1. Le Social Hack Club Mon entreprise. Cette thématique est essentielle car c'est ce que je vends. J'ai besoin de communiquer sur ce que le Social Hack Club fait (dernières masterclass, webinars, newsletters ...) et d'expliquer pourquoi on le fait. 2. L'entrepreneuriat Cette thématique me permet de me rapprocher de mes cibles : les entrepreneurs et freelances. C'est aussi grâce à cette thématique que je peux "m'humaniser", notamment en parlant de mon quotidien d'entrepreneur avec ses hauts et ses bas.

3. Les réseaux sociaux C'est le sujet sur lequel je veux me positionner en tant qu'experte. Le Social Hack Club ayant pour vocation d'aider les porteurs de projets à vendre sur les réseaux sociaux, il est vital d'asseoir ma crédibilité sur cette thématique. 4. L'éducation Le Social Hack Club est une école et donc mon secteur est l'éducation. Cette thématique me donne l'occasion d'évoquer notre différenciation par rapport à d'autres concurrents.

Combien de thématiques dois-je aborder ?

Solution 1 : Beaucoup de thématiques

(+ de 3)

Plus vous avez de thématiques, plus vous vous positionnerez en généraliste, car vous aurez moins l'occasion de rentrer dans la profondeur des sujets.

Cette stratégie colle bien aux profils généralistes comme les entrepreneurs, dirigeants ou les salariés à des postes de management.

Solution 2 : Peu de thématiques

(- de 3)

Moins vous avez de thématiques, plus vous vous positionnerez en tant qu'expert, car vous devrez rentrer dans la profondeur des sujets.

Cette stratégie colle aux profils qui sont sur une niche ou qui sont sur un sujet assez technique.

⚠️

On vous déconseille d'aller au-delà de 5 thématiques car le message sera beaucoup trop diffus : "à vouloir parler de tout, on finit par ne parler de rien".

Trouvez le bon équilibre

1 à 3 thématiques pour asseoir votre crédibilité :

  • Pour quoi voulez-vous que les gens vous connaissent ?
  • Qu'est-ce que vous vendez ?
  • Quelle est votre expertise ?
  • Dans quel domaine voulez-vous vous spécialiser ?
  • Sur quel sujet pouvez-vous parler plus que la moyenne des gens ?
  • Sur quel sujet pouvez-vous parler 30 minutes sans préparation?

1 thématique pour vous humaniser :

  • soit vous parlez de votre quotidien (sujet parfait pour les freelances ou entrepreneurs)
  • soit vous abordez un sujet de société (par exemple, Nina Ramen parle de féminisme)

1 thématique pour vous différencier :

  • Quelles sont les valeurs que vous voulez absolument défendre ?
  • Que voulez-vous changer dans votre secteur ?
  • Avez-vous une méthode différente de celle de vos concurrents ?

1 thématique pour vendre votre soupe :

  • Si vous êtes entrepreneur ou dirigeant, vous êtes le premier ambassadeur de votre marque. À vous d'en parler et d'expliquer au monde ce que vous faites et surtout pourquoi vous le faites. Vous êtes en train de révolutionner le monde, faites-le savoir bordel.
  • Si vous êtes freelance ou indépendant, préférez plutôt une thématique "mon quotidien de freelance" couplée à une thématique "expertise".
  • Si vous êtes salarié, une thématique pour parler de votre entreprise peut être judicieux, mais elle ne doit pas être la priorité.

💡

Vous n'êtes pas obligé d'avoir une thématique de chaque. La base est souvent la thématique "crédibilité", à laquelle on ajoute ensuite une thématique "humaine" et "différenciation" et enfin "vendre sa soupe". Mais vous pouvez très bien avoir le mélange suivant : - 2 thématiques crédibilité (ex : copywriting - branding) - 1 thématique humaine (ex : ma vie de freelance) Ou encore : - 1 thématique crédibilité (ex : copywriting) - 1 thématique différenciation (ex : dans le secteur de la beauté) ❌ Attention aux mauvais mélanges : - Ne partez pas juste sur une thématique "vendre votre soupe" car ça s'appelle simplement faire de la promotion. Or, nous verrons dans le prochain chapitre que ce n'est pas du tout la bonne stratégie à adopter sur Linkedin. - Si vous choisissez seulement une thématique "humaniser", vous allez passer pour une personne égocentrique. La seule condition qui vous autorise à partir sur cette stratégie est si vous êtes quelqu'un de connu dans la vraie vie et que vous avez besoin d'améliorer votre réputation.

image

L'exemple de Nina Ramen :

Nina Ramen est copywriteuse chez Germinal, et sur Linkedin, elle aborde 3 grandes thématiques :

1. Le copywriting C'est son métier et donc son sujet d'expertise, celui sur lequel elle veut asseoir sa crédibilité. 2. Le féminisme Son sujet de coeur, qui lui permet de fédérer une communauté et de l'humaniser.

3. L'éducation Germinal proposant des formations aux entrepreneurs, et Nina ayant des convictions fortes sur les défauts du système éducatif, cela semble être une bonne thématique de différenciation qui permet également de faire la promotion subtile de l'entreprise.

Dézoomez

Si vous avez décidé de faire de Linkedin votre canal d'acquisition via la création de contenu, il va falloir dépoter niveau posts.

Petit calcul :

Si vous avez prévu de poster 2 fois par semaine, cela veut dire que vous allez devoir créer 104 posts en une année.

Si vous avez 3 thématiques, ça veut dire qu'il va falloir créer 31 posts pour chaque thématique par an.

Donc, pour choisir une thématique, demandez-vous : Pensez-vous rapidement à plus d'une trentaines de choses à dire sur votre thématique ?

Si oui : c'est une bonne thématique.

Si non : c'est probablement un sujet.

La particularité des niches

Quand on est très niche, on a tendance à croire qu'il faut écrire uniquement sur son sujet niche. Le problème, c'est que vous allez avoir du mal à dérouler beaucoup beaucoup d'idées, et qu'en plus il y a peu de personnes que cela va intéresser.

Dans ce cas là : découpez.

Par exemple :

Si vous êtes copywriter dans le secteur du cosmétique, au lieu d'avoir une thématique "copywriting dans le secteur du cosmétique" qui vous limiterait à des contenus du genre :

  • Quels textes écrire sur un packaging de parfum
  • Comment convaincre sur un testeur de rouge à lèvres
  • Comment décrire les senteurs d'une crème sur une landing page
  • (honnêtement, c'est dur de trouver des idées ...)

Découpez plutôt vos thématiques en deux :

  • le copywriting
  • les cosmétiques

Cela vous permettra de dérouler plus d'idées, pour arriver à quelque chose du genre :

Le copywriting :

  • Bien faire ses Call To Action
  • Bonnes pratiques pour les newsletters
  • les landing page
  • les frameworks de copywriting
  • l'histoire du copywriting
  • l'adaptation à la cible
  • Rendre ses écrits plus percutants
  • La géométrie du copywriting
  • ...

Les cosmétiques :

  • Les tendances dans les cosmétiques
  • Les différentes catégories de cosmétiques
  • le processus de fabrication d'une crème / parfum / rouge à lèvre ...
  • Les nouvelles marques qui bousculent le secteur
  • Le processus de vente d'un cosmétique
  • Les meilleures publicités de parfums / crèmes ....
  • ...

Bref, vous voyez bien que :

  1. vous êtes moins limités (et donc que vous aurez moins le problème de la feuille blanche)
  2. on comprend très bien en lisant l'ensemble que vous êtes un copywriter dans le secteur du cosmétique.

📝 Un petit exercice pour finir

Maintenant que vous savez tout ce qu'il faut savoir sur les thématiques, prenez 15min, un papier et un stylo et choisissez les vôtres.

Rappel des règles :

Entre 1 et 5 thématiques
1-3 thématique crédibilité, 1 humain, 1 différenciation, 1 vendre votre soupe
Pouvez-vous instinctivement penser à 20 idées pour une thématique ?

Maintenant que c'est fait, passons à la suite :

Retour à la page précédente :

Retour au sommaire :

Sommaire
Sommaire